Louise Cavenaile: la T2 perfectionniste des Indoor Red Panthers

Une semaine après les Lions, c’est maintenant aux Indoor Red Panthers de commencer leur Championnat d’Europe. Les joueuses nationales de l’Indoor sont à Minsk avec pour principal objectif d’assurer le maintien dans le groupe A européen. En Biélorussie, l’entraîneur national Maxi Garreta peut compter sur l’expérience et le perfectionnisme de la T2 -et ex-Red Panther- Louise Cavenaile

A 30 ans, il n’y a pas beaucoup de temps libre dans l’agenda de Louise Cavenaile. Elle a trouvé un emploi de jusriste au COIB en mars de l’année dernière et combine cela avec la fonction d’entraineur l’équipe outdoor du Wellington, l’équipe indoor du Watducks et elle est maintenant T2 des Indoor Red Panthers.

En septembre 2018, Cavenaile a dû aller de l’avant après avoir appris que sa carrière de Red Panthers était terminée. “On m’a dit cela un mois après les championnats du monde de Londres et ce fut une grande déception”, reconnaît Cavenaile. “Dans ma tête, je n’en avais pas fini avec les Red Panthers. J’avais également cessé de travailler comme avocate parce que cela n’était plus compatible avec le programme chargé de l’équipe nationale. En attendant, ma carrière est à nouveau sur les rails. Au COIB, j’ai trouvé un emploi de rêve et, en plus, j’ai beaucoup de travail comme entraîneur. Il y a beaucoup de monde, mais c’est très amusant. J’ai terminé ma carrière de joueuse au mois de mai au Watducks. Je me suis toujours investie à cent pour cent quand j’entreprenais quelque chose. Et au moment où cela s’est arrêté pour moi en tant que Red Panthers, je n’ai plus pu tirer le maximum de ma carrière de joueuse“.

En tant qu’entraîneur, Louise Cavenaile a fait ses premières expériences au Watducks (U19), à La Rasante (U14) et a travaillé pendant deux ans au sein des  U15 Girls BeGold. “En tant que joueuse, j’étais très préoccupée par la tactique. Beaucoup de formateurs m’ont dit de devenir entraîneur plus tard “, dit-elle en riant.

Cette saison, Cavenaile a reçu quelques offres pour travailler en tant que T2 ou T3, mais c’est le Wellington qui a vu en elle la T1 idéale. “Le Wellington ne joue peut-être pas en première division, mais faire ses premiers pas en tant qu’entraîneur principal, c’est une première étape idéale“, a déclaré M. Cavenaile. “Le Wellington est un nom dans le hockey féminin et notre ambition est bien sûr de jouer en Division d’Honneur l’année prochaine. Avec une deuxième place actuelle, nous sommes sur la bonne voie“.

En hockey en salle, Cavenaile, qui a fait ses premiers pas à Uccle Sport, puis est passée aux Dragons pendant trois ans, se retrouve actuellement en première division, au Watducks, le club où elle a joué les cinq dernières années de sa carrière. “J’ai encore beaucoup d’amis au Watducks et il a déjà été convenu que je formerais l’équipe en salle”. Cavenaile se retrouve donc dans l’étrange situation d’avoir à entraîner l’équipe de Watducks en salle contre le Wellington. “Et cela ne me pose aucun problème“, sourit-elle. “Je peux facilement prendre mes distances par rapport à ce genre de situation. Le Watducks c’est en indoor, le Wellington c’est en outdoor, c’est aussi simple que cela. D’ailleurs, avec le Watducks, nous avons au programme la Coupe d’Europe B en salle en Lituanie en février“.

Cavenaile a également joué au hockey en salle jusqu’à l’âge de 15 ans, mais ensuite, appelée en tant que Red Panther, elle a dû mettre de côté l’indoor. “Et j’en étais affectée“, dit-elle. “Dans le hockey en salle, il faut toujours avoir quelques longueurs d’avance. Les aspects tactiques ont un très grand impact et vous emportez cela avec vous quand vous rejouez en outdoor“.

A Minsk avec les Indoor Red Panthers

En novembre, Louise Cavenaile a eu l’occasion de devenir l’assistante de Maxi Garreta pour les Indoor Red Panthers. “Je soupçonne que les joueuses ont fait tomber mon nom“, dit Cavenaile. “Je connais beaucoup de ces filles et en tant que joueuse, j’ai acquis une certaine expérience.”

Garreta et Cavenaile n’ont jamais travaillé ensemble dans le passé. “Mais ça fonctionne“, dit Cavenaile. “Nous formons un duo complémentaire. Maxi s’occupe de la création, je m’occupe de l’organisation et de la structure. Avec moi, tout doit être clair“.

En préparation du championnat d’Europe à Minsk, les Indoor Red Panthers, qui ont remporté le championnat d’Europe de série B il y a deux ans à Bruxelles sans encaisser de but, ont disputé quelques matchs contre les U19 Boys nationaux et une équipe française. “Et après cela, notre tournoi de préparation à Vienne a été un succès “, dit Cavenaile. “Nous avons pris la deuxième place après avoir perdu en finale contre l’Autriche. Ce qui était important, c’était notre victoire après les shoot-outs en demi-finale contre la République tchèque. C’est une équipe que nous retrouverons lors de la phase de groupes des championnats d’Europe“.

Nos Indoor Red Panthers, quatorzièmes au classement mondial, doivent affronter à Minsk l’Ukraine (FIH 4), la République tchèque (FIH 5) et la superpuissance allemande (FIH 1). “Notre objectif est difficile, mais réaliste : terminer dans les six premiers pour ainsi assurer notre maintien dans la série A et nous qualifier pour la Coupe du monde 2021. Nous avons un beau groupe de joueuses. Il était même difficile de faire une sélection, ce qui n’a jamais été le cas dans le passé. Cette fois-ci, il y a des joueuses qui ont des qualités d’intérieur que nous avons dû laisser à la maison“.

Dans notre poule, le match contre l’Allemagne sera presque trop difficile. L’Allemagne est une équipe de premier plan. Contre l’Ukraine et la République tchèque, nous pouvons obtenir quelque chose. Mais soyons clairs : ce ne sera pas facile“.

L’équipe s’est déjà rendue en Biélorussie. “Minsk n’est pas exactement la destination la plus idyllique“, rigole Cavenaile. “Il y a quatre ans, toute l’équipe belge est tombée malade à Minsk. Nous voulons absolument éviter cela maintenant“.

Cavenaile semble être au début d’une grande carrière d’entraîneur, mais elle ne veut pas tout miser sur le seul hockey. “Je veux continuer à faire mon travail aussi“, conclut-elle. “Il s’agit simplement de trouver le meilleur équilibre. Je veux combiner mon travail et mes activités de hockey le plus longtemps possible“.

Programme

Vendredi 24 janvier
08h : Belgique – Ukraine
Vendredi 24 janvier
Vendredi 24 janvier
14h : Belgique – République Tchèque
Vendredi 24 janvier
Samedi 25 janvier
08h15 : Belgique - Allemagne
Samedi 25 janvier
Samedi 25 janvier
A partir de 14h15 : match de classement ou demi-finale
Samedi 25 janvier
Dimanche 26 janvier
A partir de 8h : match de classement, petite finale ou finale
Dimanche 26 janvier

TOUTES LES NEWS HOCKEY BELGIUM SONT ICI !

Sélectionnez votre catégorie